Avec l’arrivée du froid en Espagne, découvrez les principaux équipements utilisés dans les campagnes de maintenance hivernale. Ne perdez pas cette chance!

L’entretien des routes ou pneus d’hiver désigne les activités liées au développement, à l’entretien et à l’organisation des pneus ou des routes, dans le but de maintenir de bonnes conditions de circulation sur la route pendant la période hivernale. La personne chargée de diriger ces tâches est le Chef de l’Entretien et de l’Exploitation des Routes ou le Chef du COEX.

Ces opérations sont généralement ad hoc dans le temps et dans l’espace, de sorte que des machines spécifiques ont un faible degré d’utilisation et un coût élevé qu’il convient d’optimiser.

Pour pallier leur coût élevé, ces outils d’entretien hivernal prennent la forme d’outils attachés à une voiture ou à des véhicules ordinaires.

machines à pousser

Les machines à pousser sont utilisées pour enlever la glace ou la neige accumulée sur la chaussée, la route ou les sentiers en la déplaçant vers le bord ou hors de la chaussée. Dans cette typologie, il est possible de distinguer les pousseuses de tôles et les pousseuses de coins, dans les deux cas il y a des outils plats et courbes.

Les lames plates sont les plus efficaces et les moins chères pour les cas où la neige fondue a une épaisseur inférieure à 10 cm, avec l’inconvénient de ne pas trop déplacer la neige, formant un cordon latéral au passage. De plus, les véhicules tracteurs doivent avoir une puissance minimale de 100 CV. Il existe également des lames courbes, plus adaptées pour atteindre une profondeur de 45 cm de neige ; avec l’inconvénient qu’ils sont plus lourds que les premiers, nécessitant ainsi plus de puissance de la part du véhicule automobile ou de la voiture.

Quant aux coins, ils ont un angle d’attaque fixe ou variable, et peuvent également être plats ou courbes. L’importance de pouvoir faire varier l’angle d’attaque réside dans le fait que sa valeur correcte améliore la méthode d’évacuation et la distance du jet de neige, permettant ainsi de projeter de la glace ou de la neige en dehors des limites de la route ou de la voie.

machines dynamiques

Les machines dynamiques sont utilisées lorsque de grandes profondeurs de neige ont été atteintes.

Ils peuvent être de trois types :

Turbines: adaptées à la neige molle, capables de la projeter hors de la route ou du lit de piste, à des distances allant jusqu’à 50 m.

Moulins : Ils sont similaires aux fraiseuses routières. Ils projettent de la neige à des distances plus courtes que les turbines, atteignant jusqu’à 25 m. En raison de leur façon d’attaquer vers l’avant, ils sont mieux adaptés à la neige dure.

Turboframes : combinaison des deux types décrits ci-dessus. Ils peuvent travailler avec tout type de neige car ils profitent de la fraiseuse pour attaquer la partie avant et de la turbine pour la lancer. En revanche, ils ont un coût élevé et une conduite avec une visibilité limitée.

diviseurs de flux

Son objectif est de prévenir et d’éliminer la formation de glace sur les routes ou les pistes. Pour ce faire, il est courant d’épandre des sels fondus (NaCl et CaCl2) sur la route.

Le chlorure de sodium est le produit le plus utilisé. Sa granulométrie (0,2 – 5 mm) est très importante, car la présence de fines favorise la permanence du sel sur la route ou les pistes. NaCl est efficace jusqu’à -5º C, donc pour des températures plus basses, il est utilisé mélangé avec du chlorure de calcium.

Quant au CaCl2, il faut noter qu’il est hygroscopique (il absorbe l’humidité de l’environnement) et très efficace jusqu’à -35°C (il a un point eutectique de -55°C). Il est utilisé sous forme solide comme saumure, avec une concentration habituelle de 26 %. Lorsqu’il est dissous, il est exothermique, fournissant des calories qui font fondre le grésil ou la neige ; en contrepartie, il est 6 fois plus cher que le premier.

Ces opérations sont réalisées avec du matériel spécialement adapté à cet effet, placé dans une voiture ou de gros véhicules qui sont généralement équipés d’un petit outil pousseur pour déneiger. L’outil varie selon la façon dont les polices sont utilisées :

Solides (granulés) : avec des trémies d’une capacité maximale de 10 m3, entraînées par une pompe hydraulique entraînée par une roue reposant sur la chaussée et mue par la prise de force d’un véhicule ou par un moteur indépendant.

Liquide : stocké dans des réservoirs qui, grâce à un outil ou système d’épandage sous pression, distribuent la saumure sur la route ou les pistes.

Humidifié : détendeurs de solides auxquels sont ajoutés des réservoirs supplémentaires pour les liquides, en pulvérisant de la saumure sur le flux de solides lorsqu’il tombe sur le disque distributeur. Le grand avantage de cet outil est que le sel est mieux fixé sur les routes ou les pistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.