Parmi les différentes techniques de soudage, l’utilisation d’une torche oxygène acétylène est la plus adaptée. Mais qu’est-ce qu’un chalumeau oxyacétylénique? Quel est votre principe d’utilisation? Quelles sont les mesures de sécurité et de dépannage à prendre?

Description de la torche oxygène acétylène

La torche est l’instrument utilisé pour couper ou souder à chaud des pièces métalliques. En effet, pour un poste de soudage autogène, c’est la partie où s’échappe l’étincelle et qui permet de réaliser l’alliance entre le combustible et le comburant. Il s’agit donc d’un mélange de gaz. Il se compose d’une lance, d’une buse et d’un mélangeur. Pour une torche oxyacétylénique, c’est l’association de deux gaz de même volume : l’oxygène pur et l’acétylène. L’utilisation de l’oxygène comme oxydant absorbe une grande partie de la chaleur délivrée et réduit la température maximale. La combustion produit une grande quantité d’énergie avec une température pouvant dépasser 3. 100°C dès qu’elle est allumée dans une torche. L’objectif du chalumeau oxygène acétylène est de provoquer le mélange instinctif de ces deux gaz pour obtenir une flamme à température réglable jusqu’à 3000°C, la meilleure de toutes les flammes habituelles. Pour plus d’informations, veuillez cliquer sur chalumeau oxygène acétylène

Principe d’utilisation de la torche oxygène acétylène

Le procédé de soudage au chalumeau oxygène acétylène est pratiqué pour l’assemblage de matériaux de petites dimensions ne présentant pas de problèmes métallurgiques et thermiques particuliers. Par exemple, il existe des installations hygiéniques et génératrices de chaleur, une serrurerie, etc. Le feu oxyacétylénique est également nécessaire pour les actions de soudage à la soude et de chauffage. L’exécution s’applique notamment aux tôles et tubes ou tubes d’un même matériau d’épaisseur inférieure à 2 mm. La raison pour laquelle il est adopté pour l’assemblage ou la réparation de carrosserie. Le fumier oxyacétylénique est également utilisé pour l’oxycoupage. Avant d’allumer le chalumeau et pour avoir une meilleure qualité de feu, il est nécessaire de vérifier si les vis de dilatation sont desserrées puis d’ouvrir les récipients ou vannes d’1/4 de tour. Enfin, il faut aussi régler les débits d’acétylène et d’oxygène à partir des vis de desserrage en laissant le bouton de réglage ouvert pour avoir la meilleure pression dans le régulateur de pression.

Mesures de sécurité et dépannage

Des précautions doivent être prises lors de l’utilisation d’un chalumeau à oxygène acétylène. En effet, une fuite au niveau du régulateur de pression, des manœuvres incorrectes des opérateurs et des rebonds sont les principales causes d’accidents. Pour éviter tout incident, il serait commode d’utiliser des vannes dans les tubes pour éviter les retours de flamme vers les bouteilles contenant l’acétylène. Une éventuelle explosion de cette bouteille serait toujours terrible. La taille et la qualité de la buse doivent être choisies en fonction de la puissance calorifique et adaptées à la température de combustion élevée. Il est conseillé de prendre certaines mesures nécessaires pour éviter certains risques d’accidents. Par exemple, les buses doivent être nettoyées pour éliminer les particules de rouille qui peuvent les obstruer. Pour éviter que les buses ne surchauffent, l’acétylène doit être éteint immédiatement et la torche immergée rapidement dans l’eau pour refroidir, laissant l’oxygène ouvert pour empêcher l’eau de pénétrer dans la torche. Pour éviter un retour de flamme dans la poignée de la torche ou un retour de flamme, il est nécessaire de fermer immédiatement les vannes de la bouteille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.